NESTOR présente

Les romans-photos

de la recherche !

Par Jean-François Dars & Anne Papillault

photo André Kertész

SOMMES-NOUS BANALS ? / ARE WE COMMONPLACE?

Sauvés par Saturne !

Saved by Saturn!

Francis Rocard
16 Avr, 2018
Tapuscrit...

Francis Rocard – Sommes-nous banals ou exceptionnels ? Je dirais que, avec l’influence au départ de l’Église catholique et romaine, évidemment, on se devait d’être exceptionnels, on se devait d’être uniques, Giordano Bruno a été brûlé parce qu’il a prétendu, entre autres, que y avait plein d’étoiles dans le ciel et qu’autour de ces étoiles y avait des planètes et donc on était très banals ! Galilée a eu des problèmes, tout ça est bien connu. Et puis ensuite les astrophysiciens ont pris le dessus sur la religion et se sont placés dans une hypothèse, qu’on devrait être banals : qu’on était une petite planète autour d’une étoile très banale, le Soleil, qu’il y avait deux cent milliards d’étoiles dans la galaxie et donc qu’il devait y avoir d’autres planètes autour de ces étoiles. Et en 95, première planète extrasolaire découverte, depuis nous en connaissons quatre mille, et là, on découvre des tas de systèmes stellaires et surtout on découvre qu’on a négligé un phénomène, ce qu’on appelle la migration ! On observe beaucoup de planètes, ce qu’on appelle des Jupiter chauds, extrêmement près de leur étoile, évidemment ces planètes ne se sont pas formées là, elles ont migré, et donc ça a dû migrer aussi chez nous ! Et au début du XXIe siècle, Alessandro Morbidelli, à Nice, a développé deux modèles importants dans la formation du système solaire, et notamment le Grand Tack, le grand revirement de bord, qui décrit les premières centaines de millions d’années de notre système solaire. Jupiter s’est formée la première et rapidement Jupiter se met à migrer vers le Soleil ! Et en migrant, elle bouscule tout ce qu’il y a sur son passage, dans la zone où se situent Mars et la ceinture d’astéroïdes… Et puis Saturne se forme, et Saturne migre derrière, mais là se produit un phénomène tout à fait exceptionnel, probablement, c’est que le couple Jupiter-Saturne rentre en résonance, c’est-à-dire que quand l’un fait un tour, l’autre fait deux tours, typiquement, et ce mécanisme, curieusement, tire Jupiter et Saturne vers l’extérieur, libérant la zone interne, ce qu’on appelle la zone d’habitabilité, là où l’eau peut être à l’état liquide, la libérant pour que des planètes rocheuses se forment, la Terre, dans une zone où la vie a pu apparaître ! Si Jupiter était resté dans cette zone, la Terre n’aurait pas pu se former !

Autre phénomène tout à fait étonnant, nous avons une Lune ! Et cette Lune a une masse extraordinairement importante, un pour cent, c’est considérable, un pour cent de la masse de la Terre. Aucune autre planète du système solaire n’a des lunes d’une telle masse en proportion. Et cette Lune a deux effets. Jacques Laskar, à l’IMCCE, a calculé que cette Lune a stabilisé l’axe de rotation de la Terre, vous savez, c’est ce qui crée les saisons, l’été, l’hiver, si cet axe se met à être beaucoup plus important, s’il bascule de 23,5 degrés à plus de 40 degrés, on peut calculer que les glaciations polaires se situent pas très loin de l’Équateur, et donc il se met à faire très, très froid, pendant certaines périodes, et je dis pas que la vie aurait été éradiquée sur Terre à cause de cette oscillation régulière, de l’axe de rotation, mais néanmoins, la situation aurait été beaucoup moins propice à la diffusion de la vie jusqu’à des espèces complexes, comme les animaux, et si vous imaginez qu’à l’échelle d’un million d’années, tout d’un coup il se met à geler du côté de l’Équateur, si les déserts sont glacés, eh ben les animaux meurent ! Donc cette Lune a stabilisé et a probablement aidé à la diffusion de la vie.

Et deuxième phénomène lié à la Lune, la Lune crée des marées sur Terre, ça c’est connu depuis longtemps, et des chercheurs allemands ont calculé que l’effet de marée à l’intérieur de la Terre a pu maintenir notre noyau et son manteau profond à un état fluide qui permet les mécanismes de convexion et qui finalement permet le maintien d’un champ magnétique qui nous protège ! Or si cette Lune n’était pas là, peut-être que cet effet de marée disparaissant, la convexion s’arrête, le champ magnétique s’arrête, et à ce moment-là la Terre est en contact avec le vent solaire, y a un phénomène d’échappement de l’atmosphère, l’effet de serre baisse, la planète devient plus froide, et la vie, probablement, peut s’arrêter s’il n’y a plus d’eau liquide ! Donc la Lune a peut-être aussi considérablement contribué au maintien de la vie, en tous les cas à son évolution vers une vie très évoluée.

Donc sommes-nous banals ou exceptionnels, je dirais que le XXIe siècle montre qu’on est un peu plus exceptionnels qu’on ne pensait, disons, au XXe siècle ! Maintenant, savoir s’il y a d’autres êtres vivants intelligents dans l’Univers, ça c’est une autre histoire…

04 min 23 sec

Transcript...

Francis Rocard – Are we commonplace or something exceptional? I might say at the outset, with obvious influence from the Roman catholic church, that we were surely unique, Giordano Bruno was burnt at the stake because he claimed, among other things, that the sky was full of stars and that around these stars there were planets and therefore that we are just one more! Galileo had his problems too, all that is well known. And then the astrophysicists took the high ground from religion and placed us within a hypothesis where we are commonplace: that we are a small planet next to a very ordinary star, the Sun, that there are two hundred billion stars in the galaxy and therefore there must be other planets around these stars. And in ’95, the first extra-solar planet was discovered; now we know of four thousand and we find heaps of stellar systems and above all we discover that we had not noticed a phenomenon that we call migration! We observe many planets that we call hot Jupiters, extremely close to their star and obviously these planets were not formed there, they have migrated and therefore there must also have been migration where we are! Next, at the beginning of the 21st century, Alessandro Morbidelli at Nice developed two important models of the formation of the solar system, in particular the Grand Tack, the great convergence from the edge, which describes the first hundred of millions of years of our solar system. Jupiter was formed first and Jupiter rapidly began to migrate towards the Sun! and as it migrated, it pushed aside everything in its path, in the zone occupied by Mars and the asteroid belt…. And then Saturn was formed and Saturn migrates behind but then something happens that is probably quite exceptional, the Jupiter-Saturn duo enter into resonance, that is to say that as one performs a revolution, the other does typically two revolutions. This mechanism, curiously, drags Jupiter and Saturn towards the periphery, freeing up the internal zone, the one that we call the habitable zone, just where water is liquid, freeing it up so that rocky planets form like the Earth and we have a zone where life is able to emerge! If Jupiter had stayed in this zone, the Earth would never have been able to form!

Another quite astonishing phenomenon, we have a Moon! And this Moon has an extraordinarily important mass, one per cent, that’s a lot, one per cent of the mass of the Earth. No other planet in the solar system has moons of such a mass in proportion. And this Moon has two effects. Jacques Laskar at the IMCCE has calculated that the Moon stabilised the axis of rotation of the Earth and as you know, this is what creates the seasons, summer and winter. And if this axis were to be more tilted, if it wandered from 23.5 degrees to more than 40 degrees, we can calculate that the polar ice caps would be not very far from the equator so that things would become very, very cold during certain periods. I am not saying that life would have been eradicated on Earth because of this regular oscillation due to the axis of rotation, but nevertheless the situation would have been much less propitious to the progression of life towards complex species like the animals. If you imagine that on a scale of a million years, all of a sudden things freeze up to the edge of the Equator, if the deserts are frozen, well the animals are going to die! So this Moon has stabilised and probably helped the progression of life.

And there is a second phenomenon linked to the Moon, the Moon creates tides on Earth, that has been known for a long time and German researchers have calculated that the effect of tides on the interior of the Earth has been able to keep our core and its deep mantle in a fluid state that allows the mechanisms of convection and that consequently keeps in place a magnetic field that protects us! Now if this Moon wasn’t there, maybe this tidal effect would disappear, the convection would stop, the magnetic field would stop and at that moment the Earth would come into contact with the solar wind, leading to escape of the atmosphere, end of the green house effect, the planet would get more cold and life probably would end since there wouldn’t be any more liquid water! So the Moon may also have greatly contributed to the continuation of life, in any case to its evolution towards very sophisticated life.

So are we commonplace or exceptional? I would say that the 21st century is showing that we are rather more exceptional than we thought, shall we say, in the 20th century! Now knowing if there are other intelligent beings in the Universe, well that’s another story….

04 min 23 sec

 

Astrophysicien, responsable du programme d’exploration du Système solaire du CNES (Centre national d’études spatiales), Francis Rocard a participé à plusieurs grandes missions d’exploration spatiale, tant cométaires (Vega, Rosetta-Philae) que martiennes (Mars-96, Mars Express, Curiosity, InSight) ou encore l’exploration du système de Saturne (Cassini-Huygens).

An astrophysicist, manager of the Solar system exploration program at CNES, Francis Rocard was involved in several important space exploration missions, like Vega and Rosetta-Philae (comets), Mars-96, Mars Express, Curiosity, InSight (Mars) and also Cassini-Huygens (to explore the system of Saturn).