NESTOR présente

Les romans-photos

de la recherche !

Par Jean-François Dars & Anne Papillault

photo André Kertész

THREE IRISH ANTIGONES / TROIS ANTIGONES IRLANDAISES

« Ah, Dedalus, the Greeks. I must teach you. » (James Joyce, Ulysses)

« Ah, Dedalus, les Grecs. Il faut que je vous les fasse connaître. » (James Joyce, Ulysse)

Isabelle Torrance
16 Fév, 2016
Tapuscrit...

Isabelle Torrance – L’un des aspects de la tragédie grecque que je trouve fascinant est la continuité de sa puissance politique. Peut-être que la plus célèbre tragédie grecque est l’Antigone de Sophocle. Elle se déroule à l’issue d’une guerre civile entre les fils d’Œdipe, qui y ont tous deux trouvé la mort. Par la suite leur oncle Créon a pris le contrôle de la ville et publié un décret interdisant les obsèques de Polynice, qualifié de traître pour s’être attaqué à sa patrie. Mais la sœur de Polynice, Antigone, refuse de laisser son frère sans sépulture, brave le décret et se livre à des funérailles symboliques. Lorsque son geste est découvert, et qu’elle affirme son célèbre choix d’obéir aux lois divines plutôt qu’aux lois humaines, elle est condamnée à mourir emmurée dans une grotte. Puis Créon en vient à regretter sa décision et s’apprête à libérer Antigone mais il est trop tard, elle s’est pendue et son fiancé, qui est aussi le fils de Créon, se tue de désespoir.

Comme je suis d’origine irlandaise, je vous proposerai trois exemples d’adaptations irlandaises qui utilisent cette tragédie dans des buts politiques très différents. Le premier exemple, en 1985, a pour titre The Riot Act (L’état d’urgence), par un auteur du nom de Tom Paulin. Cette adaptation reflète une période de grave agitation politique en Irlande du Nord, connue sous le nom de The Troubles (Les Évènements), entre une minorité nationaliste, majoritairement catholique, et un gouvernement protestant dominé par les unionistes, la police et l’armée. Dans cette pièce, Antigone représente l’Irlande nationaliste et Créon son brutal oppresseur. Grâce à cette adaptation de Sophocle, Paulin s’affirme nationaliste et son texte reflète une réaction viscérale aux souffrances d’autres nationalistes d’Irlande du Nord à cette époque.

Et maintenant, écrite à peu près au même moment, mais en République d’Irlande, nous avons l’Antigone de Brendan Kennelly, en 1986. Cette Antigone de Kennelly se sert du caractère dérangeant de quelques passages ambigus de de Sophocle où Antigone évoque ses rapports avec son frère. C’est ainsi que Kennelly, soulignant le lourd passé incestueux de cette famille, en conclut à une relation inconvenante entre le frère et la sœur. Tout cela au moment où un énorme scandale de sévices sexuels impliquant l’Église commence à agiter les milieux culturels d’Irlande avant d’exploser dans les principaux médias. Nous voyons donc le même texte, utilisé au même moment dans des lieux différents du même pays, pour des buts politiques très différents.

Je mentionnerai aussi rapidement l’adaptation par feu Seamus Heaney, The Burial at Thebes (Les Funérailles à Thèbes), en 2004, où le message politique principal, à l’échelle du globe, vise le gouvernement Bush et son rôle dans la guerre d’Irak, bien entendu comme une mise en garde. Nous sommes passés de problèmes régionaux ou nationaux du milieu des années 80 aux préoccupations mondiales des débuts du 21e siècle, ce qui montre aussi, plus largement, que la place de l’Irlande dans le monde s’est modifiée, sa culture se préoccupant de plus en plus des questions planétaires.

03 min 35 sec

Transcript...

Isabelle Torrance – Well, one aspect of Greek tragedy that I find fascinating is its continuing political power. And perhaps the most famous Greek tragedy is Sophocles’ Antigone. It is set in the aftermath of a civil war between the sons of Oedipus, both of whom have died in this war. Afterwards, their uncle Creon has taken control of the city and has issued an edict prohibiting the burial of Polynices, who is branded a traitor for having attacked his homeland. Polynices’ sister Antigone however can’t bear to leave her brother unburied, so she defies the edict and performs a symbolic burial. And when her actions are discovered, she famously stated that she chose to obey divine rather than human laws, and is condemned to death by being walled up in a cave. Creon subsequently comes to regret his actions and goes to free Antigone, but it’s too late, she has hanged herself and her fiancé, who’s also Creon’s son, kills himself in grief at her death.

Since I’m from Ireland, I will give three examples of Irish adaptations which use this tragedy for very different political purposes. So the first example is from 1985, it’s called The Riot Act, by an author called Tom Paulin. And this adaptation reflects on the period of severe political unrest in Northern Ireland known as “The Troubles” between the nationalist and mostly Catholic minority at this time, and the Protestant and unionist-dominated government, police force and army. In that play, Antigone represents nationalist Ireland and Creon is Antigone’s violent oppressor. So, through his adaptation of Sophocles, Paulin proclaims himself a nationalist, and his writing reflects a visceral reaction to the sufferings of other nationalists in Northern Ireland during this period.

Now, written at essentially the same time, but in the Republic of Ireland, is Brendan Kennelly’s Antigone, of 1986. Kennelly’s Antigone picks up on the disturbing nature of some ambiguous language in Sophocles where Antigone describes her relationship with her brother. And what Kennelly does, is he stresses the legacy of incest in this family and he implies an inappropriate relationship between the siblings. And all this occurs at a moment when huge scandals of Church-related sexual abuse were simmering in Ireland’s cultural consciousness and about to explode in the mainstream media. So we have the same text used here at the same time in different parts of the same country for very different political purposes.

And I mention also, briefly, the late Seamus Heaney’s adaptation, The Burial of Thebes, from 2004, where the main political message is a global one addressed to the Bush administration and its role in the Iraq war, as of course a cautionary critique. We have moved now from local and national political issues in the mid 1980s to global concerns in the early 21st Century, and this also reflects in a broader sense how Ireland’s place in the world has shifted and how it has become a culture that is increasingly concerned with global problems.

03 min 35 sec

Associate Professor in Greek literature at the University of Notre Dame, IN, Isabelle Torrance specializes in Greek tragedy and religion. She also focuses on establishing links between ancient and modern behaviours, for better and for worse, and stalking the paths of myths, through theater, from archaic Greece to up-to-date stages.

Professeur associée en littérature grecque à l’université Notre Dame, dans l’Indiana, Isabelle Torrance se consacre principalement à la tragédie et à la religion de la Grèce antique. Elle s’intéresse aussi aux liens qu’on peut établir, grâce aux textes, entre les comportements humains (pour le meilleur et pour le pire), en suivant les mythes à la trace dans le théâtre, depuis la Grèce antique jusqu’aux plus modernes créations contemporaines.